AUTUN. Le chantier du Baron Jeannin, débuté en septembre, répond à un triple enjeu.

AUTUN. Le chantier du Baron Jeannin, débuté en septembre, répond à un triple enjeu.
19 janvier 2016 admin1

Une réhabilitation dans l’esprit du XVIIIe siècle

Dès le départ, il y a eu un vrai travail engagé avec l’architecte des Bâtiments de France.
Luciano Ambrosio, dirigeant d’Altinum Ingénierie

Le chantier de transformation et de rénovation énergétique rue Jeannin représente un investissement de 1,6 millions d’euros pour la société parisienne Altinum. Photo N.M.

Les travaux de réhabilitation s’achèveront en septembre dans l’ancien hotel particulier de la rue Jeannin. Une opération visant à créer treize logements et deux commerces économes en énergie tout en respectant l’architecture d’origine.

Sur le vaste chantier de rénovation débuté en septembre dernier rue Jeannin, les entreprises locales du bâtiment se succèdent pour respecter les délais. Car c’est à la fin de l’été, après seulement un an de travaux, que ce programme nommé Le Baron Jeannin doit être livré. Un investissement de 1,6 millions d’euros pour la société parisienne Altinum, spécialiste des projets immobiliers durables, qui avait déjà réhabilité le couvent des Cordeliers rue de Lattre-de-Tassigny.

Énergie, accessibilité, architecture
Particularité de ce second projet autunois, celle d’allier performances énergétiques, accessibilité aux personnes à mobilité réduite et préservation du patrimoine architectural. Un triple enjeu difficile à mettre en oeuvre, surtout quand il s’agit d’installer un ascenseur dans un bâtiment datant des XVIIIe et XIXe siècles. « Dès le départ, il y a eu un vrai travail engagé avec l ’architecte des Bâtiments de France pour voir si le projet était viable ou pas. Des compromis ont pu être faits en vue de l’obtention du label BBC rénovation. Et le permis a été accepté, sans contraintes de dernière minute », se satisfait Luciano Ambrosio, dirigeant d’Altinum Ingénierie.

Dérogations accordées
Ainsi, la société a bénéficié de dérogations pour modifier certaines caractéristiques architecturales, comme les largeurs de portes, dont certaines n’ étaient plus compatibles avec les normes d’accessibilité. « Nous allons également percer une porte de chaque côté de la façade pour l’accès aux deux locaux commerciaux. Des fenêtres de toit ont été ajoutées pour rendre le dernier étage plus convivial et lumineux. Pour installer l’entrée d’ascenseur, nous avons également l’autorisation d’ouvrir une petite partie du mur situé sous le porche, porteur d’un faux marbre dessiné », précise le promoteur, qui s’est engagé en contrepartie à faire restaurer le reste de la fresque murale. Dans chaque appartement, parquets, boiseries, ferrures, moulures, alcôves et cheminées d’époque seront conservées.

3 000 € le m²
Dans cet ancien hôtel particulier doté d’un corps principal et de deux ailes, ce sont ainsi quinze logements de haut standing, chauffés au gaz, qui seront achevés en septembre, après un premier appartement témoin prévu pour février. Mais le charme de l ’ancien avec le confort moderne a un prix : 3 000 € le m² (2 000 à 2 300 € après défiscalisation loi Malraux). À noter que huit lots ont déjà trouvé acquéreurs, dont les deux locaux commerciaux et les deux grands T4 de 110 m².
NICOLAS MANZANO

Le Journal de Saône et Loire – Samedi 16 janvier 2016

Téléchargez l’article complet : JSL_Baron Jeannin_16-01-2016

Partager
FacebookTwitterGoogle+Email